BO dossiers    BO thèmes
BIENVENUE sur CHRONORAMA
"LE BIORAMA D"

1 à 10 sur 58
1 2 3 4 5 6  ·   ·  ·   Accueil
 
Daluege
Kurt


Kreuzburg
Allemagne

Kurt Daluege 1897-1946


En 1922,il s'affilie au NSDAP encore inconnu et qui n'est à ce moment qu'un groupuscule nationaliste parmi d'autres ; il soutient le pustch d'Adolf Hitler du 9 novembre 1923, en tant qu'agent de liaison à Berlin, ce que Hitler n'oubliera jamais. En mars 1926, NSDAP et SA peuvent à nouveau agir dans un cadre légal et Daluege leur renouvelle son adhésion, s'inscrivant au parti nazi sous le matricule 31.981 et fondant la SA pour Berlin et le Brandebourg. Daluege occupe de nombreux postes de responsabilité au sein de la SA : SA-Gruppenführer pour Berlin et le Brandebourg et SA-Gausturmführer pour le gau de Berlin-Brandebourg de 1926 à 1930, et Gauleiter suppléant du NSDAP pour la même région.
En 1931-1932, il est nommé Führer de la IIIe section SS de Berlin. Il prouve à nouveau sa loyauté à Hitler en s'opposant à la tentative de prise de pouvoir de la SA au sein du NSDAP, menée en 1931 par Stennes. De 1936 à la fin de la guerre, Daluege est le dirigeant de l'Ordnungspolizei, qui regroupe toutes les polices régulières allemandes en uniforme, à l'exception de la police militaire. Il atteint le grade SS-Oberstgruppenführer et de Generaloberst der Polizei. Après la mort d’Heydrich, il est un des responsables de la destruction des villages de Lidice et Ležáky, avant de devenir Protecteur de Bohême-Moravie. En mai 1943, Daluege subit une grave attaque cardiaque, dont il ne se remet que très partiellement. En août, il est déchargé de ses responsabilités, et il passe le reste de la guerre dans une propriété qui lui a été offerte par Adolf Hitler. En mai 1945, Daluege est arrêté par les troupes américaines à Lübeck et emprisonné à Nuremberg jusqu’à son extradition en Tchécoslovaquie, en septembre 1946. Condamné à mort pour crimes de guerre par un tribunal tchécoslovaque, il est exécuté par pendaison à Prague le 24 octobre 1946.


Daluege
Kurt


Kreuzburg
Allemagne

Kurt Daluege


Kurt Daluege, 15 septembre 1897, 24 octobre 1946, membre du NSDAP depuis 1922, SS-Oberstgruppenführer et Generaloberst de l’Ordnungspolizei, Protecteur de Bohême-Moravie après la mort de Reinhard Heydrich.
En juillet 1930, à la demande personnelle d'Hitler, Daluege quitte la SA et rallie les rangs de la SS, avec le grade d’Oberführer. A ce moment, la SS est une petite organisation, dépendante de la SA et de faible importance numérique. Il est principalement chargé d’espionner la SA et les opposants politiques au NSDAP. En 1931-1932, il est nommé Führer de la IIIe section SS de Berlin. Il prouve à nouveau sa loyauté à Hitler en s'opposant à la tentative de prise de pouvoir de la SA au sein du NSDAP, menée en 1931 par Stennes. Pour la deuxième fois, il s'affirme comme un Kampfgenosse ("Camarade de combat"), ce qui lui assurera la protection d'Hitler tout au long de sa carrière. En 1932, Daluege devient membre du parlement prussien ; en novembre de la même année, il est élu, dans le district de Berlin-Ouest, député au Reichstag, siège qu’il conservera jusqu’en 1945. A la même époque, Hermann Göring le nomme au ministère prussien de l’intérieur, en charge des forces de police. En 1936, toutes les forces de police allemandes sont réorganisées par le ministre de l’intérieur du Reich, Wilhelm Frick. Elles sont intégrées à la SS et placées sous l’autorité directe de Heinrich Himmler, Reichsführer SS et Chef der Deutschen Polizei. Daluege et l’Ordnungspolizei ne sont donc pas intégrés au RSHA dirigé par Reinhard Heydrich, malgré les efforts de celui-ci. De 1936 à la fin de la guerre, Daluege est le dirigeant de l'Ordnungspolizei, qui regroupe toutes les polices régulières allemandes en uniforme, à l'exception de la police militaire. Il atteint le grade SS-Oberstgruppenführer et de Generaloberst der Polizei. Après la mort d’Heydrich, il est un des responsables de la destruction des villages de Lidice et Ležáky, avant de devenir Protecteur de Bohême-Moravie. Maladie, arrestation et exécution [modifier] En mai 1943, Daluege subit une grave attaque cardiaque, dont il ne se remet que très partiellement. En août, il est déchargé de ses responsabilités, et il passe le reste de la guerre dans une propriété qui lui a été offerte par Adolf Hitler. En mai 1945, Daluege est arrêté par les troupes américaines à Lübeck et emprisonné à Nuremberg jusqu’à son extradition en Tchécoslovaquie, en septembre 1946. Condamné à mort pour crimes de guerre par un tribunal tchécoslovaque, il est exécuté par pendaison à Prague le 24 octobre 1946.


Dannecker
Theodor


Tübingen
Allemagne

Theodor Dannecker 1913-1945


Theodor Dannecker (né le 27 mars 1913 à Tübingen, mort le 10 décembre 1945 à Bad Tölz) était un Hauptsturmführer (capitaine) SS, représentant d'Adolf Eichmann à Paris.
Après avoir fréquenté une école de commerce, Dannecker a travaillé dans le secteur du textile puis est devenu en 1932 membre du Parti nazi et de la SS. En 1934 il appartenait à la SS-Verfügungstruppe (une unité spéciale paramilitaire de la SS), et un an plus tard en 1935, était membre du Sicherheitsdienst (SD), le service d'espionnage et de contre-espionnage des nazis. En mars 1937 Dannecker a obtenu une promotion au Service en charge des Juifs au quartier général du SD. D'août1940 à juillet 1942 Dannecker dirige le service de contre-espionnage nazi à l'antenne de la SD à Paris. En tant que chef, à Paris, de la section IV J de la Gestapo, en charge de la « question juive », il représente Eichmann, lui même dépendant de Reinhard Heydrich qui dirige l'Office central de sécurité du Reich, la RSHA. Il y a écrit un rapport sur « Le traitement de la question juive en France », en date du 1er juillet 1941, dit « rapport Dannecker », dans lequel on peut lire : « En novembre 1940, un collaborateur de notre section aux questions juives a été délégué à la préfecture de police de Paris en qualité de représentant permanent de la section. À la suite de notre pression, un fichier juif complet et constamment tenu à jour a été constitué dans les plus brefs délais [il s'agit du fichier Tulard]. Ce fichier se subdivise en fichier simplement alphabétique, les Juifs de nationalités française et étrangère ayant respectivement des fiches de couleur différentes, et des fichiers professionnels par nationalité et par rue. Cette section préfectorale a développé au cours des trois derniers mois l'activité suivante : * — 61 rapports sur des citoyens français ; * — 45 rapports sur des Juifs ; * — 28 enquêtes sur des Juifs français ; * — 10 enquêtes sur des Juifs étrangers ; * — 42 interrogatoires ; * — 46 arrestations et internements ; * — 102 enquêtes au sujet de participations juives dans des entreprises commerciales ; * — 68 enquêtes sur des déclarations de Juifs. » Ce rapport Dannecker fournit ainsi une preuve supplémentaire de l'empressement des forces de l'ordre françaises à obéir aux ordres de l'occupant nazi, allant bien au-delà de l'article 3 de la Convention d'armistice du 22 juin 1940. En raison d'un usage abusif de son poste il a été rappelé en août 1942 à Berlin. À partir de janvier 1943 Dannecker a joué un rôle prépondérant dans la mise en œuvre de la « Solution finale de la question juive ». Ainsi de janvier à septembre 1943 il a été responsable de la déportation des Juifs bulgares, entre septembre 1943 et janvier 1944 de celle des Juifs italiens et au premier semestre 1944 de celle des Juifs hongrois. Theodor Dannecker est devenu avec Adolf Eichmann un « expert de la question juive » et le principal responsable, après son affectation en France, de l'extermination des Juifs européens. En décembre 1945 Dannecker a éte interné par l'Armée américaine dans la prison de Bad Tölz. Il s'y est suicidé le 10 décembre 1945. Il a été condamné à mort par contumace en France en 1950.


Darboux
Gaston


Nîmes
France

Gaston Darboux 1842-1917


Gaston Darboux est un mathématicien français né le 14 aout 1842 à Nîmes. Après des études dans les lycées de sa ville natale et de Montpellier, il entre en 1861 à l'Ecole Normale Supérieure. Son désir alors est de devenir enseignant. Très vite, il se révèle brillant et il soutient en 1866 sa thèse de doctorat sur les surfaces orthogonales. Il enseigne ensuite aux lycées Saint-Louis et Louis-le-Grand avant en 1872 de devenir maitre de conférences à l'Ecole Normale Supérieure. En 1880, il succède à Chasles à la chaire de Géométrie supérieure de la Sorbonne. Les travaux de Darboux portent essentiellement sur l'analyse et la géométrie différentielle. Il poursuit ainsi les travaux de Riemann sur l'intégration, introduisant les sommes de Darboux inférieures et supérieures qui lui permettent de donner un critère d'intégrabilité. Il s'intéresse aussi à la théorie des fonctions et aux équations aux dérivées partielles. Son domaine de prédilection reste toutefois l'étude des courbes et des surfaces, notamment les cyclides.



Darnand
Aimé-Joseph


Coligny
France

Aimé-Joseph Darnand 1897-1945


Aimé-Joseph Darnand est un militaire, homme politique et collaborateur français (né à Coligny dans l'Ain le 19 mars 1897 et mort fusillé au Fort de Châtillon, à Fontenay-aux-Roses (actuel département des Hauts-de-Seine) dans le département de la Seine le 10 octobre 1945). Il était une figure majeure de la Collaboration française. Ancien combattant de la Grande Guerre et de 1939-1940, militant d'extrême -droite dans l'entre-deux-guerres, soutien actif et précoce du maréchal Pétain et du régime de Vichy, il devint membre honoraire de la SS en 1943. En dépit de quelques velléités de passer à la Résistance, son principal rôle historique fut celui de fondateur et dirigeant de la Milice française, organisation paramilitaire de type fasciste, supplétive de la Gestapo et chargée de la traque des résistants, des Juifs et des réfractaires au STO. Les exactions de ses hommes valurent à Darnand d'être considéré comme l'une des personnalités les plus jusquauboutistes de la collaboration; il fut condamné à mort après la guerre.



Darquier
Louis


Cahors
France

Louis Darquier 1897-1980


Louis Darquier, plus connu sous son nom d'emprunt Louis Darquier de Pellepoix, dit "baron", (Cahors, 19 décembre 1897 - 29 août 1980, près de Malaga, Espagne), journaliste, militant antisémite et politicien français d'extrême droite. En mai 1942, sous l'instigation de Theodor Dannecker, il est nommé par Pierre Laval à la direction du Commissariat général aux questions juives en remplacement de Xavier Vallat. Il est Commissaire général aux questions juives sous le régime de Vichy à partir de mai 1942, imposé par les autorités allemandes qui jugeaient son prédécesseur Xavier Vallat trop modéré. Il a notamment été considéré comme l'un des responsables de la rafle du Vel d'hiv du 16-17 juillet 1942, bien que son rôle dans l'affaire semble avoir été plutôt passif. Le 1er février 1943, un article signé par Darquier paraît dans Le Petit Parisien : « Je propose au gouvernement : 1. d'instituer le port de l'étoile jaune en zone non occupée ; 2. d'interdire aux Juifs, sans aucune dérogation, l'accès et l'exercice des fonctions publiques (...) 3. le retrait de la nationalité française à tous les juifs qui l'ont acquise depuis 1927. »



Darré
Richard Walther


Buenos Aires
Argentine

Richard Walther Darré 1895-1953


Richard Walther Darré (Buenos Aires, 14 juillet 1895 - Munich, 5 septembre 1953), général SS (SS-Obergruppenführer), était un des principaux théoriciens nazis de l’idéologie Blut und Boden ("Le sang et le sol"). Reichsleiter du parti nazi, il a été chef du bureau de la race et du peuplement (RuSHA) de la Schutzstaffel de 1931 à 1938, et ministre de l’agriculture et de l’alimentation du Troisième Reich de 1933 à 1942.
Ses parents l’envoyèrent en Allemagne à 9 ans pour poursuivre sa scolarité à Heidelberg. En 1911, il fut envoyé en échange scolaire à la King's College School de Wimbledon. Le reste de la famille rentra en Allemagne en 1912. Richard (comme on l’appelait alors) passa ensuite deux ans à l'Oberrealschule de Gummersbach, puis début 1914 à l’école coloniale allemande de Witzenhausen, au sud de Göttingen, où s’éveilla son intérêt pour l’agriculture. Son premier ouvrage, Das Bauerntum als Lebensquell der nordischen Rasse (La Paysannerie en tant que source de vie de la race nordique) fut écrit en 1928. Il y défend des méthodes plus naturelles de gestion des terres, soulignant en particulier l’importance de la protection des forêts, et réclame davantage de surface libre et d’espace pour l’élevage des animaux de ferme. Parmi ceux qui entendirent ces arguments et en furent impressionnés figurait Heinrich Himmler, lui-même membre des Artamans. Son rôle fut central dans la création en 1931 du bureau de la race et du peuplement (Rasse- und Siedlungshauptamt ou RuSHA), une organisation SS violemment raciste et antisémite. Il y développa le plan Rasse und Raum (La Race et l’espace ou La Race et la place) qui fournit un support idéologique à la politique d’expansion nazie, avec les théories de la Drang nach Osten ("expansion vers l’est") et de la Lebensraum ("espace vital") développées par Hitler dans Mein Kampf. Darré influença fortement le SS-Reichsführer Heinrich Himmler dans son entreprise de créer une aristocratie raciale allemande fondée sur la reproduction sélective. Peu après cette prise de pouvoir, dès juin 1933 et jusqu’à mai 1942, Darré fut le Reichsminister de l’agriculture et l’alimentation, et chef des paysans du Reich. Il fit campagne pour que les grands propriétaires terriens donnent une partie de leurs terres afin de créer de nouvelles exploitations agricoles, et promut la controversée Erbhofgesetz, qui réforma les lois sur l’héritage pour éviter l’émiettement des fermes en plus petites unités. Il a aussi joué un rôle décisif dans la revendication de territoires sur la mer du Nord. En 1935, avec Himmler et Hermann Wirth, Darré fonde l’Ahnenerbe, un institut de recherche sur la "race allemande" qui finira par conduire des expérimentations sur les prisonniers des camps de concentration. Darré fut arrêté en 1945 et jugé à Nuremberg, au Procès des ministères (1947-49). Il fut acquitté de nombre des accusations les plus lourdes qui pesaient sur lui, en particulier celles liées au génocide ; il fut cependant condamné à sept ans de réclusion. Libéré en 1950, il mourut à Munich le 5 septembre 1953, d’un cancer du foie probablement lié à l’alcoolisme.


Davidson
Ian


Irlande

Ian Davidson 1879-


Ian Davidson, né le 10 août 1879, est un ancien joueur de rugby à XV irlandais, qui a évolué avec l'équipe d'Irlande et le club de North of Ireland au poste d'ailier. Il a eu l'honneur de partir en tournée avec les Lions en Afrique du Sud lors de l'année 1903, disputant un test match. Il a disputé son premier test match le 4 février 1899 contre l'équipe d'Angleterre. Son dernier test match est contre l'équipe du pays de Galles le 8 mars 1902. Ian Davidson a remporté le Tournoi britannique de rugby à XV 1899.



Davies
Louis


Charlottetown
Canada

Louis Henry Davies


Louis Henry Davies, né le 4 mai 1845 à Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard, mort le 1er mai 1924 à Ottawa, était un homme politique canadien. l se lance en politique en se faisant élire à l'Assemblée législative de l'Île-du-Prince-Edouard en novembre 1872. En 1876, il devient premier ministre de sa province. En 1877, il instaure le 'Public Schools Act' (obligation pour les enfants d'aller à l'école et création d'un système d'écoles non confessionnelles). Il démissionne en 1879 mais est élu à la Chambre des communes en 1882 sous l'étiquette libérale. A l'instar de James Colledge Pope, autre ancien premier ministre de l'Île-du-Prince-Edouard, il devient lui aussi Ministre de la marine et des pêcheries en 1896, sous le gouvernement de Wilfrid Laurier. Il quitte ses fonctions en 1901 pour devenir juge (puis juge en chef en 1918) à la Cour suprême du Canada, poste qu'il occupera jusqu'à sa mort en 1924.



Davis
Théodore


New York
Etats-Unis

Théodore Monroe Davis 1837-1915


Théodore Monroe Davis (né en 1837 à New York, décédé en 1915 en Floride), marié à Annie Buttles, financier nord-américain, est un des principaux concessionnaires (mécènes) de fouilles dans la vallée des rois entre 1889 et 1912.



 

1 à 10 sur 58
1 2 3 4 5 6  ·   ·  ·   Accueil