"Biorama de Chronorama"
Fiches 1 à 10 sur 67
 2 3 4 5 6 7  ·   ·  ·   
Gabolde
Maurice


Castres
France

Maurice Gabolde 1891-1972


Maurice Gabolde né à Castres le 27 août 1891, décédé à Barcelone le 14 janvier 1972) a été garde des Sceaux pendant le régime de Vichy. Il est amputé d'une jambe pendant la Première Guerre mondiale. Après avoir été procureur général à Chambéry, il est muté en 1940 à la Cour suprême de justice de Riom. A partir de janvier 1941, il est procureur de l'État à Paris. A ce titre il est impliqué dans la loi d'exception voulue par Pierre Pucheu à l'occasion de l'assassinat de l'aspirant allemand Alfons Moser par Pierre Georges. C'est en effet lui qui rédige l'article 10 de la loi du 14 août 1941 réprimant l'activité communiste ou anarchiste : L'action publique devant la juridiction saisie se prescrit par dix ans à dater de la perpétration des faits, même si ceux-ci sont antérieurs à la promulgation de la présente loi. Toutes juridictions d'instruction ou de jugement sont dessaisies de plein droit à l'égard de ces faits au profit de la section spéciale compétente qui connaîtra en outre des oppositions faites aux jugements de défaut et aux arrêts de contumace. Cette loi crée des sections spéciales dans chaque Cour d’appel, chargée de prononcer, sans possibilité de recours, des peines capitales à l'encontre des communistes et des anarchistes. L'article 10 lui donne un effet rétroactif, ce qui signifie qu'elle concerne aussi des actes commis avant sa promulgation. Du 26 mars 1943 au 17 août 1944, il devient garde des Sceaux du gouvernement Laval. Il accompagne ensuite le « gouvernement en exil de Sigmaringen », avant de s'enfuir en Espagne franquiste en 1945. Il est condamné à mort par contumace par la Haute cour de justice de Paris le 13 mars 1946. Il se fixe en Espagne où il devient professeur de français. Il meurt en 1972.




Gaffiot
Félix


Liesle
France

Gaffiot Félix 1870-1937


Félix Gaffiot est un professeur français né en 1870 à Liesle (Doubs), décédé dans un accident de voiture en 1937. Il est l'auteur d'un dictionnaire de référence latin-français.




Gaige
Helen


Bad Axe
Etats-Unis

Helen Beulah Gaige 1890-1976


Helen Beulah Thompson Gaige est une zoologiste américaine, née le 24 novembre 1890 à Bad Axe dans le Comté de Huron (Michigan) et morte le 24 octobre 1976 à Gainesville (Floride). Elle est la fille d’Elizabeth (née McDonald) et de Charles E. Thompson. Elle étudie à l’université du Michigan où elle obtient son Bachelor of Arts (1909) et son Master of Arts (1910). Gaige devient assistante au musée de zoologie de l’université du Michigan en 1910 sous la tutelle d’Alexander Grant Ruthven (1882-1971). Lorsque celui-ci devient le directeur du musée en 1913, il donne la responsabilité des programmes de recherche en herpétologie à Gaige. Celle-ci est nommée assistante conservatrice du département des reptiles et des amphibiens en 1918, puis conservatrice en 1923. N’ayant pas le statut de professeur, comme Ruthven, elle doit superviser les étudiants de façon officieuse. Elle rencontre son mari, Frederick McMahon Gaige (1890-1976), en 1912 : ils participent tous deux à l’expédition Walker-Newcomb dans le Nevada. Ils se marient l’année suivante juste après le retour de Frederick Gaige d’un voyage scientifique dans les montagnes Santa Marta. Les époux Gaige entreprendront plusieurs missions scientifiques. En 1928, elle signe avec Ruthven, The herpetology of Michigan. À partir de 1930, après avoir obtenu que le siège de l’American Society of Ichthyologists and Herpetologists (ASIH) soit transféré dans les locaux de l’université du Michigan, elle devient la responsable de la parution des articles sur les reptiles et les amphibiens de la revue Copeia (Clark Hubbs (1921-) s’occupant de la partie ichtyologique). En 1937, cette revue se transformant en un grand format trimestriel, elle devient le rédacteur en chef, fonction qu’elle occupe jusqu’en 1969. Grâce à son action, Copeia devient le premier journal herpétologique du monde. Elle se retire de son poste de conservateur en 1945 et est remplacée par l’un de ses étudiants Charles Frederic Walker (1904-1979).




Gaillard
Ferdinand


Aigues-Mortes
France

Ferdinand Gaillard 1876-1936


Ferdinand Gaillard est un ténor français né à Aigues-Mortes le 11 janvier 1876. Il est décédé à Bargemon (Var) le 25 août 1936. C'est en 1906 encore qu'on le retrouve en tournée à Turin, en Italie. Il n'avait alors que trente ans et c'était le début d'une longue et brillante carrière qui le mena à travers toute la France, de Toulouse à Nantes, en passant par l'Opéra de Paris, et au-delà des frontières, jusqu' en Belgique, à Anvers et à Bruxelles où il interpréta, au théâtre de la Monnaie le Don Carlos de Verdi. À son répertoire, on peut rajouter également le Faust de Gounod. Tous ces rôles, qu'il s'agisse d'Arnold de Guillaume Tell, ou d'Éléazard de la Juive caractérisent la voix de fort ténor, c'est-à-dire la capacité de monter jusqu'au ut dièse. De ce point de vue, la carrière de Ferdinand Gaillard s'inscrit dans la tradition de l'opéra français du XIXe siècle et illustre l'engouement du public pour les tours de force vocaux.




Gaït
Maurice


France

Maurice Gaït 1909-1983


Maurice Gaït (1909-1983), journaliste français et ancien commissaire général adjoint à la jeunesse sportive sous le Régime de Vichy. Ancien élève de l'École normale supérieure, il avait été le condisciple notamment de Maurice Bardèche, de Robert Brasillach, de Thierry Maulnier, de Jean Nocher et de René Château (connu aussi sous le pseudonyme de Jean-Pierre Abel). Poursuivi pour son implication dans le Régime de Vichy, il bénéficia d'un non-lieu pour "faits de résistance" le 18 novembre 1947. Il se joint bientôt à l'équipe de l'hebdomadaire d'extrême droite Rivarol fondé en janvier 1951 par René Malliavin. Gaït en fut le rédacteur en chef et l'éditorialiste à partir de 1973 jusqu'à sa mort (Camille Galic lui succède alors qu'il succédait lui-même à Pierre Dominique, décédé en 1973). Lors du retour en politique du général de Gaulle durant la guerre d'Algérie, Gaït compta parmi ses critiques les plus acharnés.




Galland
Gilles


France

Galland Gilles 1870-1956


Gibert Galland est un artiste peintre orientaliste Français, qui sera nommé peintre de la marine; né en 1870 et décédé en 1956.




Gambetta
Léon


Cahors
France

Léon Gambetta 1838-1882


Léon Gambetta, né le 2 avril 1838 à Cahors et mort le 31 décembre 1882 à Sèvres, est un homme politique français républicain. Il a été président du Conseil et ministre des Affaires étrangères du 14 novembre 1881 au 30 janvier 1882
Lors de la guerre de 1870, à la suite de la défaite de Sedan, la Troisième République est proclamée le 4 septembre 1870. Les députés de la Seine forment un gouvernement provisoire, présidé par le général Trochu. Gambetta prend le ministère de l’Intérieur. Il révoque les préfets du Second Empire et nomme à leur place des militants républicains, avocats ou journalistes. La situation militaire continue de se dégrader. Paris et la plupart des membres du gouvernement provisoire sont encerclés le 19 septembre 1870. Certains autres membres, dont Adolphe Crémieux, ont été cependant envoyés à Tours, où ils forment une Délégation. Le 7 octobre, Gambetta, accompagné de Spuller, quitte Paris en ballon. Il arrive à Tours le 9. Gambetta s’approprie alors la fonction de ministre de la Guerre, qu’il cumule avec le ministère de l’Intérieur. Il nomme Charles de Freycinet « délégué du ministre auprès de département de la Guerre », le 11 octobre. Gambetta doit également faire face à l’agitation de républicains radicaux dans certaines villes, comme Lyon, Marseille et Toulouse. Devant l’avancée de l’armée prussienne, la Délégation doit quitter Tours et s’installe à Bordeaux, le 9 décembre 1870. La situation se dégrade lorsque Jules Favre signe, pour le gouvernement provisoire, un armistice de vingt-et-un jours avec Bismarck, le 29 janvier. Le 1er février, un membre du gouvernement provisoire, Jules Simon, est envoyé à Bordeaux. Gambetta démissionne, le 6 février 1871. Gambetta est nommé président du Conseil le 14 novembre 1881. À l’origine, il souhaitait mettre en place un cabinet d’union républicaine, qui aurait rassemblé tous les grands chefs du mouvement, sauf les radicaux. En raison du refus de Léon Say, Freycinet et Ferry, il compose un cabinet Union républicaine, constitué de membres jeunes et relativement peu connus. Le nouveau cabinet marque plusieurs innovations significatives. L’Agriculture devient un ministère à part entière. Les Colonies sont détachées de la Marine et rattachées au Commerce. La constitution d’un ministère des Arts est une nouveauté importante, destinée à répandre le goût de la culture et des arts dans les classes populaires. Elle marque la naissance d’une politique culturelle française ambitieuse et démocratique. Le 14 janvier 1882, Gambetta dépose un projet de réforme constitutionnelle, qui propose de changer le mode de scrutin et de l’inscrire dans la Constitution. Il prévoit aussi d’élargir la base électorale du Sénat et de limiter ses pouvoirs financiers. Le projet est repoussé, certains républicains ayant voté avec les conservateurs. Le gouvernement tombe le 30 janvier 1882 et Gambetta meurt quelques mois plus tard, le 31 décembre 1882, d'une blessure qu'il s'était faite en nettoyant un pistolet. L’échec de son gouvernement montre le refus, par la Chambre, d’un exécutif fort.



Ganne
Lucien


France

Lucien Ganne 1921-1944


Lucien Ganne est un résistant Corrézien né le 10 juin 1921, mort à Tulle le 9 juin 1944. Lucien Ganne était résistant et militant de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC), il fut arrêté et pendu en même temps que son beau frère Pierre Souletie le 9 juin 1944 à Tulle.




Gapon
Gueorgui Apollonovitch


Saint-Pétersbourg
Russie

Gueorgui Apollonovitch Gapon 1870-1906


Gueorgui Apollonovitch Gapon (en russe : Георгий Аполлонович Гапон, ISO 9 : Georgij Apollonovič Gapon; 17 février [O.S. 5 février] 1870 — 10 avril [O.S. 28 mars] 1906) était un prêtre orthodoxe russe très populaire auprès des ouvriers de Saint-Petersbourg grâce à son éloquence et son don d'organisateur, il fut l'agent provocateur lors de la journée du Dimanche Rouge (9 janvier 1905). Gueorgui Gapon fut désigné par le général Sergueï Vasilievitch Zoubatov (1964-1917) pour veiller sur les ouvriers de Saint-Petersbourg.




Garchery
Jean


Nolay
France

Jean Garchery 1872-1957


Jean Garchery, né le 1er janvier 1872 à Nolay (Côte-d'Or) et mort le 12 février 1957 à Nice, homme politique français, conseiller municipal de Paris, député de la Seine, militant dans plusieurs formations de gauche puis collaborateur. Jean Garchery fait partie des 569 parlementaires sur 649 votants qui adoptent le 10 juillet 1940 une révision de la Constitution permettant d'attribuer les pleins pouvoirs au maréchal Philippe Pétain, président du conseil. Il participe ensuite avec des personnalités comme René Château, le caricaturiste Moisan, Georges Lefranc, ou Georges Albertini à la publication Le Rouge et le Bleu qui s’intitule « Revue de la pensée socialiste française ». Le Rouge et le Bleu publie 42 numéros entre novembre 1941 et août 1942. Jean Garchery y signe des articles sur la démographie. Jean Garchery écrit également dans L'œuvre, quotidien du Rassemblement national populaire (RNP) de Marcel Déat, autre ancien député du PUP, qui paraît de septembre 1940 à août 1944.




Fiches 1 à 10 sur 67
 2 3 4 5 6 7  ·   ·  ·   
CHRONORAMA| Dossiers| Thèmes| Pays| Villes| Biorama| Documents| Photos| Vidéos|Blog